Je compare les mutuelles santé senior

Seniors : ces risques de santé qui vous coûtent cher

Comparatif des tarifs des mutuelles seniors

La santé, grande préoccupation des seniors

À l'approche de la soixantaine, les besoins liés à la santé peuvent devenir plus importants et les tarifs des assurances santé évoluent en conséquence. Cela se répercute sur le budget des assurés. Comme nous l'indiquions dans notre enquête sur les risques de santé des seniors qui coûtent le plus cher, les ménages retraités consacrent en moyenne 5,6 % de leurs revenus aux dépenses de santé, contre 2,9 % pour les autres (source : Drees). Maxi Sciences ajoute que le budget moyen consacré par un senior à sa mutuelle atteint 94 euros par mois.

Car les formules classiques qui autorisent une adhésion après 65 ans se raréfient. Le prix des mutuelles seniors, dont certaines ne peuvent pas être souscrites après 70 ans, augmente en fonction de l'âge de souscription. A tel point que 72 % des assurances santé souscrites par les personnes de plus de 60 ans (individuelles ou collectives) sont de milieu de gamme. Elles ne suffisent parfois pas à couvrir correctement les frais de santé, puisqu'un retraité sur quatre renonce désormais à des soins : dans 75 % des cas, le montant restant à leur charge constitue le problème qui n'a pu être surmonté. Il est donc important de s'informer et de s'y préparer, d'autant que l'on ne peut résilier l'assurance santé qu'à l'approche de la date d'anniversaire. Plus tôt vous prendrez la mutuelle senior qui correspond à vos besoins, plus vous ferez des économies sur les cotisations.

Les tarifs des complémentaires santé liés à la localisation de l'assuré
Vous ne le savez peut-être pas mais un Toulousain paie sa mutuelle moins cher qu'un Montpelliérain, mais plus cher qu'un Lyonnais. Par exemple, selon notre comparateur, un assuré de 65 ans de la ville rose peut souscrire une offre économique pour 60 euros par mois, tandis que l'Héraultais devra débourser 62 euros et le Rhodanien 58 euros (retrouvez notre article complet : Comparatif mutuelles seniors : avez-vous le bon profil pour payer moins cher ?)

L'essentiel : choisir une garantie hospitalisation suffisante

Dans certaines régions, et en particulier dans la diagonale qui relie la Normandie à la Côte-d'Azur, le taux de dépassement d'honoraires est plus important. Cela s'explique notamment par le fait que la concentration de médecins installés en secteur 2 (tarifs libres) est plus forte. Concrètement, le taux de dépassement d'honoraires atteint 52 %, chez les spécialistes du secteur 2, sur l'ensemble du territoire. Il est donc impératif de connaître le niveau de prise en charge de votre mutuelle, avant d'envisager une consultation. Il faut souligner que les dépassements ne concernent pas seulement les établissements privés, mais aussi les hôpitaux, où de nombreux spécialistes exercent à titre privé.

Selon notre comparateur, un Toulousain de 62 ans ayant souscrit la formule Alptis Santé Plurielle Niveau 1 (59,52 euros/mois) bénéficie d'une couverture de 100 % de la base de remboursement (BR) sur l'hospitalisation, le dentaire ou les soins courants. Cela signifie qu'elle prévoit seulement le remboursement de ces actes au tarif conventionné. Est-ce suffisant ? Pas vraiment, surtout quand on sait que le reste à charge moyen avant remboursement complémentaire de la mutuelle s'élève à 2900 euros pour les personnes hospitalisées ou en affection de longue durée (ALD), comme nous le révèle l'étude réalisée par l'Observatoire 2018 de la Mutualité française.

Garantie hospitalisation : le conseil de Dispofi
Nos préconisations consistent donc à privilégier une bonne couverture en hospitalisation. Le taux de remboursement de 150 % BR est plus sécurisant que la formule économique. Mais si le budget le permet, il est plus rassurant d'opter pour une garantie de 200 % ou plus afin de faire fasse aux dépassements d'honoraires les plus lourds, surtout dans les régions où ces dépassements sont monnaie courante comme en Ile-de-France ou en région PACA.

Combien ça coûte d'être bien couvert en hospi ?

Le niveau de garantie hospitalisation proposé par votre mutuelle influe directement sur les sommes qui resteront à votre charge, en cas d'intervention chirurgicale. Pour vous donner un ordre de grandeur, nous vous indiquons pour deux interventions types, le montant restant à votre charge après intervention de votre mutuelle, selon le niveau de garantie hospitalisation souscrit (source : comparateur mutuelles Dispofi, profil de l'assuré : Toulousain de 62 ans).

Nom de l'offreTarif mensuel
(Toulousain de 62 ans)
Niveau de garantie hospitalisation*Reste à charge de l'assuré
Pose d'une prothèse de hanche (coût moyen : 9 596 €)
Reste à charge de l'assuré
Reconstruction d'un fémur (coût moyen : 15 443 €)
Alptis Santé Plurielle niveau 159,52 €100 % BR1 442,00 €780,00 €
April Santé Senior niveau 375,31 €150 % BR1 015,00 €568,00 €
Néoliane Initial+ niveau 386,76 €200 % BR526,00 €355,00 €

* % BR = % sur la base de remboursement.

Ce qu'il faut retenir
Ces deux exemples montrent que la souscription d'une meilleure couverture en hospitalisation implique un effort financier mesuré pour améliorer son reste à charge. Ainsi, pour 16 € de plus par mois (soit 192 € de plus à l'année entre l'offre à 100 % en hospi et celle à 150 %) votre reste à charge sur une pose de prothèse de hanche baisse de 427 €. Pour 27 € de plus par mois (soit 324 € de plus à l'année entre l'offre à 100 % en hospi et celle à 200 %), le reste à charge diminue de 916 €. Une meilleure protection qui sera de fait largement rentabilisée en cas de gros pépin...

Et pour les autres garanties (dentaire, optique...) ?

Autre intérêt d'opter pour une garantie hospitalisation renforcée : les contrats étant généralement assez homogènes en niveaux de garanties, vous bénéficierez en même temps d'une meilleure prise en charge en dentaire, soins courants et optique. En revanche faire du dentaire ou de l'optique votre priorité risque de vous coûter cher comme nous le prouve cette nouvelle comparaison qui reprend des exemples de montants liés à la pose d'une couronne en céramique (SPR 50) :

Nom de l'offreTarif mensuel
(Toulousain de 62 ans)
Niveau de garantie dentaire*Reste à charge de l'assuré
Pose d'une couronne SPR (coût moyen : 500 €)
Alptis Santé Plurielle niveau 159,52 €100 % BR393,00 €
Solly Azar Santé Seniors niveau 2 + renfort 184,57 €200 % BR286,00 €
Apivia Exclusive Santé+ Senior Silver130,45 €300 % BR151,00 €

* % BR = % sur la base de remboursement.

Ce qu'il faut retenir
Se focaliser sur le niveau de remboursement du poste dentaire implique un surcoût mensuel de votre mutuelle qui n'est pas forcément intéressant, compte tenu de la faible réduction engendrée sur le reste à charge de l'assuré. En effet, il vous faudra débourser 25 € de plus chaque mois (soit 300 € de plus à l'année) pour faire baisser votre reste à charge de 107 € pour une couronne. Pas rentable ! Retenez donc que la sécurisation du dentaire coûte cher pour gagner peu. Comme pour l'optique et l'audioprothèse, et à moins d'un besoin spécifique, vous pouvez en faire l'économie. Vous pouvez même faire mieux en épargnant chaque mois le montant de la cotisation ainsi économisée afin de vous constituer une épargne disponible pour faire face à ce type de soins le cas échéant.

Reste à charge 0 : quel remboursement pour les soins et prothèses dentaires ?

Préserver sa santé auditive avec les audioprothèses : à quel prix ?

Quelques pistes complémentaires pour payer sa mutuelle moins cher

Si vous voulez être bien protégé partout, cela a nécessairement un coût. Mais vous avez plusieurs manières de faire baisser la note :

  • en vous focalisant sur les risques les plus lourds moins courants mais très onéreux (hospitalisation) plutôt que sur les soins plus courants (optique, dentaire, audiologie...) qui coûtent cher en garanties pour une prise en charge modérée ;
  • en utilisant un comparateur de mutuelles tel que celui de Dispofi pour identifier des offres qui proposent pas seulement le tarif le moins cher mais le tarif le moins cher en regard de garanties suffisamment protectrices ;
  • en bénéficiant des bonus fidélité mis en place par certaines compagnies d'assurances santé passée la première année d'adhésion ;
  • en profitant des offres promotionnelles à la souscription, en particulier à la fin de l'année, période qui correspond à l'échéance de nombreux contrats ;
  • en adhérant en couple puisque de plus en plus de mutuelles octroient une réduction sur le montant des cotisations de l'ordre de 10 % en moyenne quand vous souscrivez à deux ;
  • enfin, en utilisant les réseaux de spécialistes partenaires aux tarifs négociés avec les mutuelles et complémentaires santé. Le rabais consenti atteint en moyenne 30 %, ce qui est loin d'être négligeable. Sélectionner une formule apportant l’ouverture à une telle base de données peut vite s'avérer rentable !