Comment faire évoluer les garanties de mon contrat de mutuelle ?

SOMMAIRE

1. Quelles mutuelles remboursent les implants dentaires ?

2. Qu'est-ce qu'un implant dentaire ?

3. Qui peut se faire poser un implant ?

4. Combien ça coûte ?

5. Comment se faire rembourser des implants dentaires ?

6. Que valent les implants réalisés à l'étranger ?

1. Quelles mutuelles remboursent les implants dentaires ?

Les complémentaires santé ont l'obligation de compléter les remboursements sécu à hauteur du ticket modérateur ou plus, si les garanties souscrites le prévoient. En revanche elles n'ont aucune obligation de rembourser des actes dits hors nomenclature (c'est-à-dire non remboursés par la sécurité sociale) comme les implants dentaires. Pour compter malgré tout sur une prise en charge de la part de votre mutuelle, il faudra vous tourner vers un contrat qui intègre un forfait pour les actes non remboursés par le régime obligatoire. Il s'agit bien souvent de contrats premium. Avantage de ce type de contrat : ils proposent des niveaux de garantie plus élevés dans tous les domaines, offrant une protection complète, que ça soit en hospitalisation, dentaire ou soins courants par exemple.

Voici par exemple les meilleures mutuelles pour une prise en charge d'un implant dentaire pour un célibataire de 30 ans résidant à Nantes.

ContratForfait
implantologie
Autres garantiesMontant de
la cotisation
Néoliane200€ par anDentaire : 250%
Hospitalisation : 200%
Chambre particulière :
70€/jour
Soins courants : 150%
Optique : 300€
Médecine douce : 90€
41,73€/mois
Cegema250€ par anDentaire : 250%
Hospitalisation : 200%
Chambre particulière :
60€/jour
Soins courants : 200%
Optique : 450€
Médecine douce : 80€
49,50€/mois
Apivia200€ par acte
3 actes par an
Dentaire : 250%
Hospitalisation : 200%
Chambre particulière :
50€/jour
Soins courants : 150%
Optique : 300€
Médecine douce : 100€
53,88€/mois
Apivia400€ par acte
3 actes par an
Dentaire : 300%
Hospitalisation : 300%
Chambre particulière : 90€/jour
Soins courants : 220%
Optique : 500 €
Médecine douce : 175 €
61,05€/mois

On pourrait penser que l'intégration d'un forfait implantologie dans un contrat de mutuelle fait exploser le montant de la cotisation. En réalité, il a peu ou pas d'impact sur le tarif des mutuelles, à garantie dentaire équivalente, il est même possible de trouver des contrats moins chers avec un forfait remboursement des implants dentaires.

Voici les contrats les moins chers de notre comparateur, avec une garantie 200 ou 250 % en dentaire et avec ou sans forfait implantologie (les tarifs correspondent à un adhérent domicilié à Nantes)

ÂgeGarantie dentaire à 200% Garantie dentaire à 250%
Cotisation d'un contrat
sans garantie
implantologie
Cotisation d'un contrat
avec garantie
implantologie
(forfait annuel de 150€)
Cotisation d'un contrat
sans garantie
implantologie
Cotisation d'un contrat
avec garantie
implantologie
(forfait annuel de 200€)
30 ans33,82€/mois36,89€/mois43,96€/mois41,73€/mois
40 ans41,97€/mois44,36€/mois54,59€/mois50,25€/mois
50 ans49,74€/mois52,20€/mois63,20€/mois59,24€/mois
60 ans59,80€/mois61,66€/mois74,07€/mois70,08€/mois
70 ans77,13€/mois79,48€/mois95,00€/mois90,43€/mois

Comme le prouve ce comparatif de prix, la prise en charge d'une partie du coût d'un implant dentaire a moins d'incidence sur le tarif des mutuelles que le niveau de garantie dentaire du contrat. Il existe un réel écart entre une garantie dentaire à 200 % et une autre à 250 %, forfait implant compris ou non. Dans le cas de la pose d'un implant, et comme expliqué en détail ci-dessous, le niveau de garantie dentaire aura un impact uniquement sur le remboursement de la couronne (partie visible de l'implant), la partie invisible (l'implant et le pilier) ne pouvant être pris en charge que par un forfait implantologie ou actes non remboursés par le régime obligatoire ou encore actes hors nomenclature : les intitulés pouvant changer d'une compagnie à l'autre.

Je compare les mutuelles santé avec Dispofi

2. Qu'est-ce qu'un implant dentaire ?

Pour bien comprendre le fonctionnement des remboursements d'un implant dentaire, il convient de savoir précisément de quoi on parle. L’implant a vocation à se substituer à la racine naturelle de la dent. Il prend la forme d’une vis, généralement en titane ou en zircone, qui vient se fixer de façon définitive dans la mâchoire et représente ainsi une solution durable ne nécessitant aucun changement ou entretien particulier au fil des années.

À la pose d’un implant s’ajoute celle d’une couronne et d’un pilier qui assure la jonction entre les deux dispositifs. Cet ensemble tend ainsi à reconstituer une ou plusieurs dents de façon artificielle. Cette solution prothétique permet de retrouver un confort de mastication et une esthétique plus sophistiquée qu’un bridge ou un dentier.

Le choix de l’implant permet également de se prémunir d’autres pathologies bucco-dentaires en protégeant notamment l’os de la mâchoire et les dents mitoyennes.

3. Qui peut se faire poser un implant dentaire ?

La pose d’un implant dentaire est proposée aux patients qui ont perdu une ou plusieurs dents. Envisagée comme un dernier recours, elle est recommandée si la racine naturelle est déjà fragilisée par un traumatisme, une infection ou une maladie parodontale. Si la racine de la dent est saine, une simple prothèse, complétée éventuellement d'un inlay-core sera préférée à l’implant.

L’implantologie peut être réalisée dès la fin de la croissance des os de la mâchoire, soit entre 17 et 18 ans et sans limite d’âge.

4. Combien ça coûte ?

Au prix de l’implant dentaire vont s’ajouter celui du pilier prothétique et de la couronne, nécessaires à la reconstitution de la dent. La facture finale dissociera chacun de ces trois actes et elle détaillera par ailleurs les autres soins nécessaires à la réalisation de l’implantologie, telle une radiographie ou une extraction dentaire. À chacun de ces actes sera associé un codage spécifique permettant à l’Assurance maladie et, de facto, à votre mutuelle d’évaluer les taux de prise en charge.

a) L'implant dentaire

Le seul implant coûte en moyenne 1.000 euros. Son tarif est fixé librement et il connaît de fortes disparités d’une région à l’autre. En plus du secteur géographique, les chirurgiens-dentistes ajustent leurs tarifs suivant la zone de la mâchoire concernée, la technique de chirurgie employée ou encore l’établissement au sein duquel sera réalisée l’implantologie (cabinet, clinique privée, centre dentaire ou bloc hospitalier).

Bien qu’il s'agisse d’un acte “hors nomenclature” et qu’à ce titre la pose du seul implant ne permet aucun remboursement de la Sécurité sociale, suivant le niveau de garanties de votre contrat de mutuelle vous pourrez prétendre à un forfait “implantologie” pour absorber une partie de cette dépense.

b) Le pilier prothétique

L'infrastructure coronaire (ou pilier prothétique) est nécessairement conçue dans le même matériau que l’implant sur lequel elle sera mise en place à l’issue de la période de cicatrisation, soit en titane ou en zircone. Tout comme lui, son tarif n’est pas encadré, il est donc librement fixé par le chirurgien-dentiste. Le pilier prothétique répond à la codification HBLD012 dans la classification commune des actes médicaux. Il n’ouvre droit à aucun remboursement de la part de la Sécurité sociale. Le tarif, généralement constaté, oscille entre 100€ et 200€.

c) La couronne

Le prix d’une couronne dentaire dépend du matériau utilisé, de l’emplacement de la dent remplacée (incisive, canine, prémolaire ou molaire) et enfin de la zone géographique où sont réalisés les soins. Ainsi, avant la réforme du “100% santé” le tarif moyen d’une couronne céramo-métallique avoisinait les 520 euros à Nîmes (30) quand il dépassait les 700 euros à Paris.

Depuis le 1er janvier 2020, le tarif des couronnes métalliques, zircone, céramo-métalliques ou en céramiques monolithiques est plafonné par la Sécurité sociale. Ainsi, suivant la dent concernée, le tarif ne pourra pas excéder le prix plafond compris entre 290€ et 550€. En faisant le choix d’une couronne de ce type vous pourrez bénéficier d’un reste à charge maîtrisé voire d’une prise en charge intégrale si vous optez pour une couronne proposée dans le cadre du 100 % santé.

À noter que le tarif des couronnes en céramo-céramique, généralement préférées pour leur esthétisme, n’est lui pas encadré et peut atteindre 1.000 euros. À ce titre, leur prise en charge par le régime obligatoire est moins importante.

En tout, il faut donc compter pas moins de 1.700 à 2000 euros pour la pose d’un seul implant dont une grande partie ne donne droit à aucun remboursement de la part de la Sécurité sociale.

Conseil : compte tenu du coût non négligeable que représente la pose d’un implant, n’hésitez pas à demander un devis à plusieurs chirurgiens-dentistes. Les tarifs n’étant pas encadrés pour ces actes, vous avez de cette manière la possibilité de faire des économies.
Autre possibilité : vous faire soigner à l’étranger

5. Comment se faire rembourser des implants dentaires ?

Si la couronne figurant sur votre implant sera remboursée par la Sécurité sociale et votre mutuelle (à hauteur de la garantie dentaire souscrite), la pose de l’implant et du pilier ne sont pas couverts par le régime obligatoire et, par répercussion, par la garantie dentaire classique des contrats de mutuelle santé. Pour espérer une prise en charge d’une partie de cette dépense, il faudra vous tourner vers un contrat qui prévoit un forfait de remboursement pour les actes dentaires non remboursés par la Sécurité sociale.

a) La couronne

La couronne fait partie des soins prothétiques pris en charge par la Sécurité sociale, qui depuis le 1er janvier 2020, applique un encadrement des tarifs pratiqués par les chirurgiens-dentistes pour certaines prestations dentaires.
Le montant du remboursement de l’Assurance maladie est directement lié à la composition de la couronne et à la dent remplacée.

Ainsi, votre régime obligatoire prendra en charge la pose de votre couronne sur implant à hauteur de 70% de la base de remboursement de la Sécurité sociale, dans les conditions suivantes :

Dent concernéeType de couronneTarif maximumBase de remboursement
Sécurité sociale
Montant du remboursement
Sécurité sociale
Remboursement total
dans le cadre du panier
"100% santé"
Incisivesmétallique290€120€84€oui
céramo-métallique500€120€84€oui
céramique monolithique
(hors zircone)
500€120€84€oui
zircone440€120€84€oui
céramo-céramiqueHonoraires libres107,50€75,25€non
Caninesmétallique290€120€84€oui
céramo-métallique500€120€84€oui
céramique monolithique
(hors zircone)
500€120€84€oui
zircone440€120€84€oui
céramo-céramiqueHonoraires libres 107,50€75,25€non
Premières prémolairesmétallique290€120€84€oui
céramo-métallique500€120€84€oui
céramique monolithique
(hors zircone)
500€120€84€oui
zircone440€120€84€oui
céramo-céramiqueHonoraires libres107,50€75,25€non
Deuxièmes prémolairesmétallique290€120€84€oui
céramo-métallique550€120€84€non
céramique monolithique550€120€84€non
zircone440€120€84€oui
céramo-céramiqueHonoraires libres107,50€75,25€non
Molairesmétalliques290€120€84€oui
céramo-métalliquesHonoraires libres 107,50€75,25€non
céramique monolithique550€120€84€non
zircone440€120€84€non
céramo-céramiqueHonoraires libres107,50€75,25€non

Si elle est incluse dans le panier 100% santé, votre couronne sera entièrement prise en charge par votre régime obligatoire d’Assurance maladie et votre mutuelle.
Si elle n’est pas éligible à ce dispositif, votre couronne ne sera que partiellement remboursée par la Sécurité sociale, votre complémentaire santé interviendra en complément à hauteur du niveau de garantie souscrit et pourra absorber tout ou partie du reste à charge.

Ces soins dentaires 100% remboursés

b) L'implant et le pilier

Le régime obligatoire ne permet aucun remboursement de l’implant et de son pilier. À ce titre, les complémentaires santé ne sont pas tenues de les prendre en charge non plus. Cependant certaines formules proposées par les mutuelles incluent des forfaits pour les soins dits “hors nomenclature”.

  • Si une garantie “implant” est mentionnée dans votre contrat, vous pourrez prétendre à un remboursement de votre mutuelle :
    - la somme peut être exprimée par acte, auquel cas vous êtes limité à un montant précis pour chacun des actes réalisés. À noter que la pose d’un implant et la fixation du pilier correspondent à deux actes distincts.
    - la somme peut correspondre à un forfait annuel vous permettant de bénéficier d’un paiement global pour l’ensemble de la prestation d’implantologie sans distinction d’actes.
    Dans tous les cas, pensez à transmettre un devis détaillé à votre compagnie d’assurance avant d’engager la pose d’un implant. Vous pourrez ainsi visualiser précisément la prise en charge des soins.
  • S’il n’est pas fait mention d’implants ou d’actes dentaires non remboursés par le régime obligatoire dans le tableau de garanties de votre contrat de mutuelle, vous ne pourrez prétendre à aucun remboursement de l’implant et du pilier prothétique. Vous n’aurez d’autre choix que de financer seul cette dépense, souscrire un renfort de garanties ou adhérer à un nouveau contrat de mutuelle.

Remboursement Sécurité
sociale
Remboursement mutuelle
ImplantNONSi forfait implantologie
Pilier
prothétique
NONSi forfait implantologie
CouronneOUIOUI

Que vous souhaitiez améliorer une garantie implantologie déjà existante ou souscrire un nouveau contrat, vous pouvez choisir de confronter vos besoins aux offres disponibles sur le marché en passant par un comparateur de mutuelles santé. Vous pourrez ainsi faire le choix d’un contrat incluant un forfait dédié aux implants dentaires.
Attention toutefois si vous envisagez de changer de complémentaire santé en vue de réaliser une pose d’implant, notez que certaines compagnies pratiquent des délais de carence. Vous devrez ainsi patienter plusieurs mois avant de pouvoir prétendre à la prise en charge de votre soin par la mutuelle.

Je compare les mutuelles incluant une garantie implantologie

6. Que valent les implants réalisés à l'étranger ?

Au vu des tarifs pratiqués en France et l’absence de remboursement de la part de la Sécurité sociale, vous pourriez être tenté de réaliser votre implantologie à l’étranger.
Force est de constater que les cliniques spécialisées se livrent une concurrence accrue à travers l’Europe notamment, Hongrie et Espagne en tête. Les établissements mettent en avant la qualité des soins apportés à des prix deux à trois fois moins élevés qu’en France. Un argument tarifaire notamment justifié par des charges et des coûts de structures moins élevés que dans l’Hexagone.

Grâce à la directive européenne relative aux soins de santé transfrontaliers, les résidents d’un pays membre de l’Union européenne peuvent bénéficier de la prise en charge de leurs dépenses de santé réalisées dans un autre pays membre, dans les mêmes conditions que le pays où ils sont assurés. Autrement dit, si vous souhaitez effectuer votre implantologie dentaire en Espagne ou en Hongrie, votre régime obligatoire interviendra dans les mêmes conditions que si les soins avaient été dispensés en France, soit à hauteur de 70% de la base de remboursement de la Sécurité sociale pour la couronne, mais toujours aucun remboursement pour l’implant et le pilier proposés à des tarifs plus avantageux dans ces pays.

a) Les démarches à réaliser auprès de la Sécurité sociale pour le remboursement de soins dispensés à l'étranger

Pour bénéficier du remboursement des soins réalisés dans un autre pays de l’Union européenne, pensez à demander votre carte européenne d’Assurance maladie auprès de votre caisse d’affiliation. Valable deux ans maximum, elle vous permet de faire valoir vos droits dans le pays où vous recevez les soins. Elle ne vous dispense pas systématiquement de l’avance des frais engagés.

En cas d’avance de frais vous pourrez bénéficier d’un remboursement à votre retour en constituant un dossier complet à renvoyer à votre caisse de Sécurité sociale :

  • le formulaire de demande de remboursement de soins reçus à l’étranger
  • les factures acquittées
  • les radiographies panoramiques réalisées avant et après les soins
  • les comptes-rendus d’intervention
  • une preuve du séjour (billet d’avion, facture d’hôtel)

Le Centre national des soins à l’étranger (CNSE), branche de l’Assurance maladie située dans le Morbihan, se chargera de traiter votre demande de remboursement dans un délai de 8 à 12 semaines après réception de votre dossier.

À noter que contrairement à d’autres interventions programmées, les soins dentaires réalisés à l’étranger ne nécessitent pas d’obtenir une autorisation préalable de prise en charge par l’Assurance maladie.

b) Les démarches à réaliser auprès de votre mutuelle pour le remboursement de soins dispensés à l'étranger

Avant d’engager des soins dentaires à l’étranger, pensez à vous tourner vers votre assureur pour connaître les modalités de prise en charge par votre mutuelle.
En effet, certaines complémentaires santé se calquent sur les remboursements de la Sécurité sociale et vous remboursent donc dans les mêmes conditions que pour des soins effectués en France.
D’autres contrats sont soumis à des clauses limitatives de territorialité, à ce titre les garanties ne sont applicables que pour des soins réalisés sur le territoire français. Ils font mention d’un taux de remboursement spécifique pour les soins reçus en dehors de l’Hexagone. Ainsi, suivant la mutuelle souscrite vous pourrez peut-être prétendre au forfait implantologie de votre contrat pour des soins réalisés dans un autre pays.

c) Quel suivi pour des soins réalisés à l'étranger ?

Aucune instance française n’accréditant des établissements de soins au-delà des frontières nationales, c’est à vous seul de choisir la structure et le professionnel qui réalisera vos implants. Vous pouvez notamment vous fier aux avis des précédents patients et à la renommée de l’établissement pour arrêter votre décision, tout en gardant à l’esprit qu’en engageant des soins dans un autre pays, vous en acceptez la législation et les directives sanitaires en vigueur.

Ainsi, là où la responsabilité civile du chirurgien-dentiste est engagée en France, ce ne sera pas systématiquement le cas dans d’autres États. De ce fait, en cas de complications, vous trouverez difficilement un professionnel français prêt à reprendre des soins dentaires qui n’ont pas été effectués dans l’Hexagone. En cas de mauvaise intégration osseuse ou de rejet de l’implant, par exemple, vous n’aurez d’autre choix que de vous tourner vers l’établissement ou le professionnel ayant réalisé les soins. La motivation économique de départ peut donc ne plus être aussi avantageuse si vous devez envisager des allers-retours supplémentaires.

Pas d’inquiétude toutefois si votre cas représente une urgence absolue, vous pourrez tout à fait consulter un professionnel de santé en France pour vous faire soigner.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès du Centre de liaisons européennes et internationales de Sécurité sociale (Cleiss) si vous souhaitez obtenir d’avantages d’informations quant à la prise en charge des soins dispensés dans l’Union européenne.

Départ à l’étranger, comment rester couvert ?

Je choisis ma nouvelle mutuelle avec Dispofi

Grâce au comparateur de mutuelles santé mis en place par notre filiale de courtage en assurances, Disposur, vous pouvez comparer les meilleures offres disponibles sur le marché et faire le choix d’une complémentaire santé qui répond précisément à vos besoins en termes de garanties dentaires notamment. Ainsi, vous avez l’assurance de sélectionner le contrat qui protège aussi bien votre santé que votre budget.

Je compare les contrats de mutuelle santé