Mutuelles santé : des tarifs en augmentation « modérée » en 2014

Les cotisations des contrats de mutuelle santé devraient connaître une augmentation modérée au regard des hausses des années précédentes. En effet, le président de la Mutualité Française, Etienne Caniard a annoncé une augmentation entre 2,5 et 3% pour 2014. C’est effectivement moins que les 7 à 8 % subits en 2012.

Les autres complémentaires santé (proposées par les assurances et les institutions de prévoyance) devraient vraisemblablement augmenter leurs tarifs dans les mêmes proportions.

Ce ralentissement de l’augmentation des prix des complémentaires s’explique :

  • Les prix des contrats vont augmenter du fait de la hausse de la TVA au premier janvier, de l’augmentation des frais de gestion et de prospection des mutuelles qui, effet pervers de la facilité de résiliation née de la loi Hamon sur la consommation, augmentent en même temps que la rotation des contrats et la nécessaire recherche de nouveaux clients.
  • Le vieillissement de la population et les maladies chroniques qui augmentent mécaniquement les dépenses de santé au fil des ans expliquent aussi la hausse.
  • Cette hausse sera « modérée » car il n’y a pas de nouveau transfert de la Sécurité sociale vers les mutuelles et qu’il n’y a pas de nouvelles taxes qui pèseront directement sur elles.

Attention néanmoins ! Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du cabinet Facts & Figures et du site Goodvalueformoney.eu explique à capital.fr que la hausse annoncée par le président de la Mutualité Française « s’entend avant prise en compte de la revalorisation des tarifs liée à l’âge. En estimant le coût de cette dernière à environ 2,5%, l’assuré verra sa cotisation d’assurance santé augmenter de 5,5% en moyenne. »

Enfin, au-delà de ces augmentations moyennes, chaque organisme fera évoluer différemment ses tarifs. Certaines mutuelles qui ont pu augmenter moins que d’autres leurs prix les années précédentes pourraient les augmenter davantage en 2014, et inversement.

Mutuelles santé collectives : également à la hausse

Le système de choix des contrats collectifs de complémentaire santé dans les entreprises devrait pouvoir passer par des clauses de recommandation (qui remplacent les clauses de désignation). Ces clauses permettent à une branche professionnelle de recommander une complémentaire santé aux entreprises qui composent la branche. Contrairement au système des clauses de désignation (invalidées par le Conseil constitutionnel), les entreprises pourraient choisir un autre organisme, mais elles seraient alors fiscalement pénalisées en voyant les contrats choisis taxés non à 8 mais à 20 %. De quoi les inciter fortement à suivre la recommandation... Sinon il leur faudra payer plus cher et peut être reporter aussi ce surcoût sur leurs salariés. Même si cette mesure introduite par les députés à l’Assemblée Nationale a été abandonnée après le rejet du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014 au Sénat, le dernier mot revenant aux députés, elle sera vraisemblablement finalement réintroduite dans la version finale du texte.

De plus, bon nombre d’assurés protégés par un contrat d’entreprise devraient également subir dès 2014 une hausse indirecte du coût de leur complémentaire. Le projet de loi de finance pour 2014 prévoit en effet la suppression de l'exonération d'impôt dont bénéficient les salariés sur la part de leur mutuelle payée par leur employeur. Si la mesure entre en vigueur, elle correspondra dès l’année prochaine à une nouvelle hausse d'impôt (de 90 à 150 €) pour des millions de contribuables. Dispofi a d’ailleurs lancé une pétition pour faire entendre votre voix contre cet impôt sur la mutuelle !

Une solution : comparer pour ajuster sa mutuelle à ses besoins !

Pour réduire son budget complémentaire santé, le meilleur moyen est de réduire les garanties inutiles ou trop coûteuses.

Si on ne peut pas faire l’impasse sur une garantie hospitalisation suffisamment protectrice, il n’en va notamment pas de même avec la garantie optique. Cette garantie est en effet très onéreuse et peut pousser à chercher une rentabilité en changeant souvent de lunettes ou en optant pour des produits eux aussi très chers et pas forcément utiles pour obtenir d'importants remboursements de sa mutuelle complémentaire santé.

Mais cette rentabilité ne peut pas ou très difficilement atteinte car les frais associés à tout contrat de complémentaire santé représentent une part importante du montant des cotisations. L'argent qu'elle rembourse vous coûte donc cher ce qui fait que généralement, monter en gamme pour une garantie telle que l'optique n'a pas réellement d'intérêt.

Dispofi vous propose un comparateur de mutuelles santé d'un genre nouveau. Il vous explique clairement le lien entre les tarifs et les garanties des contrats de complémentaire. Ce comparateur vous permet d'identifier les principaux risques associés à votre situation et vous guide vers les bonnes garanties au juste prix à l'aide d'exemples concrets.