Un transfert d'adhérents individuels vers le collectif

Conséquence logique de la mise en place obligatoire des complémentaires santé collectives : les mutuelles vont perdre des assurés « complémentaire santé individuelle ».

En effet, toute une tranche du portefeuille des organismes de complémentaire santé est vouée à « disparaître » mécaniquement au plus tard le 1er janvier 2016 : la tranche des salariés du secteur privé qui n'avaient pas adhéré à la mutuelle à adhésion facultative de leur entreprise, et qui seront contraints d’adhérer à la mutuelle collective obligatoire mise en place dans celle-ci. 
Selon le site Newsassurancespro.com, ce transfert concernerait 3,6 millions de contrats individuels, constituant 70% de l'activité des mutuelles !

Pour les mutuelles qui proposent les deux types de couverture, pas de souci. A condition bien sûr que leur offre en matière d’assurance santé collective soit attractive et suivie d’adhésions en nombre suffisant !

Mais pour les complémentaires santé qui ne commercialisent pas d’offre en matière de protection collective, ce transfert des assurés individuels vers des contrats collectifs va se traduire par une perte sèche qu’il sera difficile de combler !

Résiliez facilement votre mutuelle individuelle

L’adhésion à une mutuelle collective obligatoire est un motif légitime de résiliation de sa mutuelle santé.

Pour résilier votre mutuelle santé individuelle dans le cadre d'une mutuelle d'entreprise obligatoire, utilisez notre modèle de lettre de résiliation.

Nouvelle répartition des risques 

Pour les mutuelles qui ne proposent pas de contrats collectifs, les assurés qui resteront seront donc les fonctionnaires, retraités, chômeurs, travailleurs non-salariés, étudiants.

Certaines de ces populations, notamment les retraités et les chômeurs, sont certes celles qui cotisent le plus, par rapport à des actifs. Mais ce sont aussi celles qui, statistiquement, génèrent le plus de dépenses de santé. D’où un nouvel équilibre difficile à trouver pour les mutuelles, qui devront certainement augmenter encore les cotisations de ces profils, afin de garder leur stabilité budgétaire.

Alors que le coût de l’assurance santé augmente en moyenne de 2 à 2,5% par an du fait de la progression des coûts de santé associés à l’inflation, les cotisations de ces profils risquent donc d'augmenter de façon plus importante...

Les plus démunis pourront toujours se tourner vers le dispositif de l'Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) ou celui de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). Mais pour les autres, il faudra mettre la main au portefeuille...

Vers des offres plus ciblées ?

Pour autant, le transfert de portefeuille n’implique pas une remise en cause du principe de mutualisation des risques. Mais on peut penser que cette situation va pousser les assureurs à segmenter davantage les offres qu’ils commercialiseront, pour les adapter de façon plus précise aux spécificités des catégories de clients qui composent leur portefeuille.

Ainsi la directrice Santé-Prévoyance et Dépendance individuelles d’AXA France, Agnès Pfertzel, a-t-elle déclaré en ce sens : « Nous avons commencé à réorienter nos souscriptions : nous essayons de travailler sur des groupes homogènes et nos tarifs sont en fonction de plusieurs critères, dont l’âge par exemple ».

Pour trouver la complémentaire santé adaptée à vos besoins et à votre budget, utilisez notre comparateur de mutuelles >>