La couverture maladie universelle complémentaire ou CMU-C

La CMU-C vient en complément des remboursements de la Sécurité sociale. Pour en bénéficier, il faut remplir 3 conditions : être en situation régulière, résider en France de façon stable depuis plus de 3 mois et percevoir des ressources inférieures à un plafond fixé selon la composition du foyer :

  • 8 723 € de revenu par an pour une personne seule,
  • 15 701 € pour un foyer de 3 personnes.

Elle permet d'accéder gratuitement aux soins puisque les médecins qui pratiquent habituellement des dépassements ne peuvent pas les facturer aux bénéficiaires de la CMU-c. De plus, les bénéficiaires de la CMU-c n'ont pas d'avance à faire puisqu'ils bénéficient du tiers-payant sur la part Sécurité sociale et sur la part complémentaire, de bénéficier de la prise en charge du forfait journalier hospitalier, d'un forfait optique, dentaire, d'orthodontie et d'audioprothèse, qui restent néanmoins restreints. 

Certains professionnels de santé refusent de recevoir en consultation des bénéficiaires de la CMU-c. Un tel refus peut faire l'objet d'un signalement auprès :

  • du conciliateur de votre caisse d'assurance maladie
  • du conseil territorialement compétent de l'ordre professionnel concerné
  • du Défenseur des droits par voie électronique sur www.defenseurdesdroits.fr

Sachez que les mutuelles étudiantes (LMDE et réseau emeVia : MGEL, SMEBA, SMEREP…) sont habilitées à gérer la CMU complémentaire comme une caisse primaire d’assurance maladie. Si vous êtes étudiant et que vous travaillez, vous pouvez donc contacter ces différents organismes.

L’aide à la complémentaire santé ou ACS

Vous pouvez bénéficier d’une aide à la complémentaire santé si vous n’êtes pas rattaché au foyer fiscal de vos parents et que vos ressources ne dépassent pas 11 776 € par an (ou 13 107 € dans les départements d’outre mer). Comme pour obtenir la CMU-C vous devez également résider en France de manière régulière et stable.

L’ACS vous donne droit, pendant un an, à une aide financière pour payer la complémentaire de votre choix.

L’aide dont vous pouvez bénéficier est d’un montant de 200 €. Cette somme prendra ainsi en charge la totalité de la mutuelle étudiante si vous avez opté pour un contrat « de base ». Pour un contrat avec des garanties supérieures, les cotisations seront réduites d’autant.

Santé des étudiants : des aides supplémentaires mises en place par les collectivités territoriales

Dans certains départements, les Conseils généraux ont mis en place des aides sous la forme de chèques santé. Ils sont accessibles sous des conditions qui varient d'une zone géographique à l'autre.

Rapprochez-vous du Conseil général de votre territoire ou d'un organisme gestionnaire de sécurité sociale étudiante (LMDE ou membre du réseau emeVia) pour savoir si l'aide existe et connaître les critères d'éligibilité.

Certains Conseils régionaux proposent également sous conditions des aides financières aux étudiants pour financer leur complémentaire santé. Rapprochez-vous d'eux ou d'un organisme gestionnaire de sécurité sociale étudiante pour en savoir plus.

La CMU-C : une mutuelle gratuite pour les revenus les plus modestes

L’ACS : un coup de pouce pour les personnes à faibles ressources