Un accès aux soins plus difficile et plus cher

48% des sondés déclarent avoir déjà renoncé à consulter un médecin ou réaliser des soins et même des examens, en raison de leur coût.

D’ailleurs, 46% des personnes interrogées considèrent déjà que le coût de leur mutuelle n’est pas acceptable, au regard du niveau de remboursement dont ils bénéficient en contrepartie.

Une crainte fondée notamment sur la récente réforme des contrats responsables, qui va s’accompagner :

  • pour les adhérents à des contrats non-responsables, d’une taxation additionnelle de 7% sur le montant de leurs cotisations,
  • d’un plafonnement appliqué aux remboursements des frais d’optique et à ceux des dépassements d’honoraires de médecins non-adhérents au Contrat d'accès aux soins (CAS).

Les pistes d’amélioration plébiscitées par les Français

Désengorger les urgences

Près de 4 Français sur 5 (79%) estiment indispensable d’inciter les patients à consulter un médecin généraliste avant de se rendre aux urgences, en cas de trouble léger. Quitte à instaurer un paiement minimum à ceux qui se rendraient aux urgences alors que le problème pourrait être traité par un médecin généraliste (80% des sondés y sont favorables).

Renforcer le maillage territorial

Parmi les pistes à privilégier, 71% des Français se disent favorables à une répartition plus équitable des médecins sur le territoire. Quitte à leur imposer un lieu d’exercice, notamment dans les zones rurales, pour lutter contre le phénomène des déserts médicaux.

Développer les services ambulatoires

Chaque fois que cela est possible, les Français sont favorables à une hospitalisation à domicile plutôt qu’en établissement (84%), et à privilégier les services ambulatoires, c’est-à-dire une hospitalisation accompagnée d’une sortie du patient le jour même (75%).

… Sans toucher aux niveaux de remboursement

S’ils ne sont pas réticents aux réformes, les Français se déclarent opposés à une diminution du niveau de remboursement de la Sécurité sociale (75% des sondés), ou à une augmentation de la prise en charge par les mutuelles (61%).

D’ailleurs, les trois quarts des Français sont fermement contre une nouvelle augmentation du niveau des cotisations aux organismes de complémentaire santé.

... Ni à la qualité des soins

Près de 1 français sur 2 considère que réformer l’hôpital public dans un souci d’économie ne ferait que menacer davantage la qualité des soins. Et 60% des sondés estiment que l’hôpital public doit être une priorité en termes d’investissement pour l’Etat.

Pour trouver une complémentaire santé performante, adaptée à vos besoins réels et à votre budget, utilisez notre comparateur de mutuelles.
Anonyme et gratuit, cet outil vous permet de comparer en toute tranquillité !